[Chronique] L’interphone ne fonctionne toujours pas, partie 2 de Pierre-Etienne Bram

l-interphone-ne-fonctionne-toujours-pas---partie-2-943749-264-432

Titre : L’interphone ne fonctionne toujours pas, partie 2

Auteur : Pierre-Etienne Bram

Synopsis : « Hola je m’appelle Celia ». Il y a 300 jours, déjà, c’est avec ces mots que j’étais tombé sous le charme de cette belle Argentine, rencontrée sur Meetic. Sa voix n’avait fait que confirmer mon attirance pour elle. Pourtant, nous ne nous étions toujours pas rencontré. . . J’avais commencé à douter sérieusement de la réalité de son existence vu qu’aucun de nos rdv Irl n’avaient abouti. « Elle est bien réelle et belle comme sur ses photos » m’avait rassuré Caroline, une amie qui, avec son mari, l’avaient rencontrée. Comment expliquer alors son refus perpétuel de concrétiser notre amour ? Tant d’énergie et de temps peut-être perdu, je désespérais de la tenir un jour dans mes bras. Mais en persévérant, on arrive à tout. . .

 

 

Avis :

J’avais, il n’y a pas si longtemps que ça, lu et chroniqué le premier tome de cette duologie que j’avais beaucoup aimé. Et voilà maintenant mon avis sur la deuxième partie.

Nous continuons donc dans l’histoire de l’auteur et de Célia, cette belle argentine mystérieuse et inaccessible. J’avais vraiment hâte de savoir la fin de cette histoire et j’ai été très surprise même si au fil de ma lecture, j’ai commencé à avoir des doutes qui, au fur et à mesure de ma lecture, se sont de plus en plus confirmés.

Alors que dans le premier tome, nous essayons de vraiment croire en Célia et nous sommes persuadés  que les deux tourtereaux vont se rencontrer, dans ce second tome, c’est plutôt l’inverse. De plus en plus, on sait que cela ne se passera pas comme nous le voudrions, nous doutons de son identité et cherchons tant bien que mal à savoir qui elle est vraiment.

J’avais peur de me lasser de toutes leurs « non-rencontres », mais elles étaient toutes très différentes les unes des autres et apportaient à l’enquête que nous menions sur Célia, de nouvelles informations. Alors que toute leur histoire est longue et très complexe, le dénouement, une fois mis en place, se passe très rapidement et nous captive tellement que je n’ai pas pu m’arrêter de lire jusqu’à la fin.

Comme pour le premier tome, j’ai été captivée par ma lecture, j’ai adoré le style d’écriture de l’auteur et de voir que tout était très honnête et raconté de manière la plus simple possible. Grâce à cela nous pouvons nous sentir proche de l’histoire, comme si nous y étions.

Je vous conseille ces romans, cette histoire d’amour pas comme les autres qui a su me charmer. Merci encore une fois à l’auteur de m’avoir partager ses romans !

 

Publicités

[Chronique] La clé du bonheur de Séverine Vialon

CVT_La-cle-du-bonheur_8300Titre : La clé du bonheur

Auteur : Séverine Vialon

Synopsis : Le bonheur ? Qui est-il ? Comment le trouver ? Est-on sûr de l’avoir atteint ?
Virginie, jeune bibliothécaire, a pour seule passion de tenir compagnie aux vieilles dames de son village, six compagnonnes qu’elle rejoint tous les soirs.
Pourtant, une rencontre va perturber cet équilibre qu’elle croit être son bonheur.
Pourquoi l’oblige-t-on à remettre toute sa vie en question ?

 

Avis :

Merci à l’auteure de m’avoir fait découvrir son livre.

Dans ce livre nous suivons l’histoire de Virginie, bibliothécaire dans un petit village et qui aime, pendant son temps libre, tenir compagnie aux vieilles dames. Nous suivons aussi l’histoire de Fred, professeur des écoles dans ce même village. Leur histoire va bien sur se croiser. Nous allons découvrir dans quelles circonstances se déroule cette rencontre et ce qu’il va se passer par la suite.

J’avoue avoir eu un peu de mal à accrocher aux personnages, je ne sais pas si c’est à cause de la différence d’âge entre eux et moi, ou le fait que leur caractère est assez complexe et très différent de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. Chacun d’eux a une histoire très forte, surtout Virginie, et tout le livre est basé sur cela. J’ai beaucoup aimé que l’auteure nous fasse découvrir leur histoire au fur et à mesure des pages mais aussi et surtout le fait que l’on s’interroge sur ce que l’on peut comprendre de certaines paroles des personnages tout au long du livre. On peut très vite essayer de deviner ce qu’il s’est passé dans le passé de Virginie mais la confirmation de notre hypothèse ne se ferra que vers la fin !

J’ai trouvé que l’histoire prenait du temps à vraiment décoller. Le premier tiers du livre pour moi a été assez plat, je n’arrivais pas à comprendre où l’auteure voulait arriver. Mais j’ai vraiment beaucoup aimé la tournure que prenait les événements par la suite. Entre recherche du bonheur et acceptation de son passé, l’auteure met très bien en avant la complexité de faire face à ces propres démons.

Même si le livre ne fait que 200 pages, nous ne restons pas sur notre faim, la conclusion, pour moi, est parfaite et permet de donner un bel avenir à ces deux personnages !

Pour résumé mon avis sur ce livre je dirais que dans l’ensemble j’ai beaucoup apprécié les idées de l’auteure mais que n’ayant pas accroché aux personnes, certaines choses ne m’ont pas touchés comme elles auraient pu.

[Chronique] L’interphone ne fonctionne toujours pas de Pierre-Etienne Bram

51LRCIQrnMLTitre : L’interphone ne fonctionne toujours pas

Auteur : Pierre-Etienne Bram

Synopsis : « Objet : Hola je m’appelle Celia. Et toi ?
Je suis celle qui n’arrive pas à te parler sur Meetic… Mais tu vois, je ne suis pas totalement muette quand on m’en donne les moyens À bientôt peut être ? Celia »

Si seulement j’avais su, au moment d’ouvrir ce mail le tournant que ma vie allait prendre… Beaucoup de mes proches n’ont jamais vraiment pu comprendre notre histoire. « Comment as-tu pu continuer à garder contact avec elle après tous les lapins qu’elle t’a mis ? Ne crois-tu pas que ça cache quelque chose ? » « Non, je ne crois pas… Sa vie est compliquée… La mienne n’est pas simple non plus… Et puis sa voix était tellement envoûtante… »

« Les autres ne comprendront jamais notre histoire… Ne les écoute pas… Demain je serai là… Promis »

Comment résister…

 

Avis :

Merci à l’auteur de m’avoir partagé son livre !

J’ai été très surprise par cette lecture. Je pensais lire une romance assez banale avec des péripéties très communes mais cela n’a pas du tout été le cas.

Sachant que ce livre est surtout autobiographique, j’ai eu une vision très différente sur l’histoire, un sentiment de connaître les sentiments les plus profond de l’auteur, d’être proche de lui.

Le récit se fait en majeur parti sous forme d’e-mail, SMS ou appel, la relation entre le narrateur et son « amoureuse » Célia est donc purement virtuelle puisque tout le problème de leur relation est le fait qu’ils n’arrivent pas à se rencontrer réellement. Durant tout le livre on espère qu’il se voit, que leur relation se concrétise. La fin ne donne qu’une envie, savoir ce qu’il va se passer après, on reste sur notre faim, on veut en savoir plus.

J’ai, à la fois, aimé et détesté le personnage de Célia, la correspondante du narrateur. Je l’ai aimé car son caractère est complètement différent de toutes les autres femmes que j’ai pu voir dans les autres romans, elle est complexe, unique. Mais surtout détesté car sachant que cela est tiré d’une histoire vrai, je me suis demandée comment il était possible d’être aussi manipulatrice, égoïste et pourtant si aimante à la fois. Durant tout le livre j’ai eu envie de rentrer dans le livre et raisonner le narrateur, de lui faire ouvrir les yeux sur elle.

Le sentiment que j’ai après avoir lu ce livre est la sidération. Je me demande réellement comment il est possible de vivre tout cela et d’aimer encore une personne même en doutant souvent d’elle. Je n’ai qu’une envie, savoir comment cela va se finir, bien ou mal ? Pour cela il me faudra lire le deuxième tome.

Cela fut une lecture assez rapide pour moi ( trop prise dedans !) qui fut très agréable et qui m’a beaucoup changé de toutes les romances que j’ai pu lire jusqu’à présent. Je recommande vraiment ce livre au amateur de romance !

[Chronique] Les petites reines de Clémentine Beauvais

Titre : Les petles petites reinesites reines

Auteur : Clémentine Beauvais

Synopsis : À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!! Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!! Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée. En vie, vraiment.

 

Avis :

Cette lecture a été très agréable. Malgré le fait que les trois jeunes filles étant au centre de l’histoire sont jeunes, cela ne m’a pas vraiment dérangé. Je suis plus habituée à lire des livres où les protagonistes ont mon âge ou sont plus âgés, or ici, malgré le fait qu’elles soient au collège, j’ai trouvé le récit très mature.

L’histoire principale se base sur un voyage en vélo de trois jeunes filles accompagnées du frère de l’une d’entre elle qui est handicapé. Néanmoins Clémentine Beauvais ne s’est pas contentée de juste faire le récit de leurs périples, beaucoup d’autres sujets très sérieux se greffent à leur histoire. On y retrouve par exemple le harcèlement, le féminisme, l’handicap à travers le personnage de Kader et autres sujets très intéressants qui sont trop peu abordé dans les livres jeunesses. Le fait que les trois jeunes filles soient (comme elles le disent elles-même) des « boudins », change complètement des autres livres où il y a un certain côté important basé sur la beauté.

Le seul inconvénient que j’ai trouvé à ce livre est que parfois, cela était trop facile. Par exemple le fait que leurs parents les laissent faire le voyage à vélo juste accompagné du frère d’une des trois filles qui au final ne se connaissent pas si bien, ou alors le fait qu’elles soient aussi bien connues partout où elles vont et que tout le monde veuille les interviewer, les aider.

Mais malgré ce petit détail, j’ai adoré suivre Mireille, Astrid, Hakima et Kader tout au long de leur périple. ils n’ont pas seulement fait un chemin vers Paris mais aussi dans leur vie. Chacun d’eux évolue à leur manière et la fin du livre est une parfaite conclusion à cet oeuvre mais aussi à leur voyage personnel. Elle est simple certes, mais clos ce récit sans pour autant être trop brutal.

Je recommande vraiment ce livre aux jeunes mais aussi au plus vieux ! Et vous avez vous lu ce livre ?

[Chronique] Manifeste des larmes de Plume

manifeste des larmesTitre : Manifeste des Larmes

Auteur : Plume

Synopsis : Ce texte n’a pas la prétention d’expliquer la dépression, ni même d’en détailler les mécanismes… Ce n’est pas, non plus, un mode d’emploi qui aiderait le lecteur à aborder son état pour en sortir définitivement. Il n’y a pas de recette miracle et chaque dépression est unique et individuelle ; elle est la résultante d’une personnalité et d’un destin qui se défient, se provoquent. Cet ouvrage retrace sobrement

 

 

Avis :

Tout d’abord je tiens à remercier l’auteur de m’avoir envoyé son livre. Cette lecture a été un vrai coup de cœur ; j’ai adoré lire ce livre dés les premières phrases. La manière dont il est écrit est tellement fluide que même si les scènes ne sont que des fragments de pensée, de ressenti, on perçoit tout de suite la nature profonde de ce que veut dire la narratrice.

Il est difficile pour moi de mettre des mots sur ce que j’ai pu ressentir pendant ma lecture, l’émotion dégagée par ce livre est d’une telle force que je la ressentais : plusieurs fois les larmes me sont montées aux yeux, j’étais compatissante au personnage et à la fois j’avais l’impression de vivre moi aussi ses troubles et sa tristesse.

Comme le dit l’auteur, ce texte n’explique pas la dépression, mais on perçoit comment une personne dépressive ressent ce mal être, pendant un instant nous essayons de nous mettre à sa place, de ressentir ce qu’elle ressent.

Ce livre m’a à la fois attristé étant donner les sujets abordés, mais, d’un autre côté,  en le terminant, je me suis rendu compte à quel point j’avais de la chance de ne pas avoir cette « boule noire » dans le ventre.

Le seul « regret » que j’ai, concernant cet ouvrage, est qu’il est trop court ! J’aurai tellement aimé en lire davantage. Mais malgré cela, le fait qu’il soit court permet de condenser toutes ces émotions, ce qui en fait un livre très riche et émouvant.

 

J’espère de tout cœur que ce petit livre va se faire beaucoup plus connaître et que d’autres personnes vont l’aimer autant que moi je l’ai aimé !

[Chronique] La petite fille et le SS de Emmanuelle Pirotte

la petite fille et le ssTitre : La petite fille et le SS / Today we live

Auteur : Emmanuelle Pirotte

Synopsis : Décembre 1944. C’est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d’exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l’enfant, tue l’autre soldat.
Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d’une humanité soumise à l’instinct de survie.

 

Avis :

J’ai découvert ce livre grâce à mon abonnement chez France Loisirs et quelle belle lecture ! Il fait maintenant partie des livres qui ont marqué ma vie. Ce livre m’a plu et m’a touché du début à la fin, les personnages, le thème abordé, le style de l’auteur, j’ai tout aimé.

Ce roman a été mon premier roman historique, j’étais donc au début assez pessimiste sur ce que j’allai lire. Mais le fait de rendre véritablement humain un soldat SS face à une fillette m’a vraiment bouleversé. A chaque émotion décrite concernant le soldat, j’avais l’impression de les vivre. Ses doutes, ses peurs, ses réflexions, toutes plus intéressantes et fortes les unes que les autres.

Plus je tournais les pages et plus j’avais envie de comprendre encore mieux la relation qui unissait Renée ( la petite fille ) et Mathias ( le soldat). Mais c’est cette incompréhension qui rend cette relation si particulière, si belle.

La prise de conscience de Mathias face à la guerre est très intéressante, on sent un véritable changement qui se fait à l’intérieur de lui. Toutes les décisions qu’il prend par la suite ne sont plus pour lui mais pour Renée, alors qu’il ne l’a connait pas si bien que cela. Il s’attache à elle et en fait le centre de sa vie au point de renoncer à ce qu’il était. Je trouve ce message particulièrement beau.

 

Vous l’aurez compris ce livre est pour moi une pépite, un vrai petit joyau. Les messages qu’il transmet sont magnifiques et nous font réfléchir. Je conseille ce livre à tout le monde en espérant qu’il vous plaira autant qu’à moi.

 

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Souhaitez-vous lire ce livre ?

[Chronique] Ad feninam de Yano Las

CVT_Ad-feminam_3663Titre : Ad Feminam

Auteur : Yano Las

Synopsis : Après une enfance presque banale, presque normale, abandonnée par son père, surprotégée par sa mère, May , enfant sage, quitte sa musulmanie natale pour tenter sa chance en occident. En perte de repères, elle y découvre contre toute attente , la foi, mais pas seulement. Elle y fait aussi des rencontres du 3 eme type.

 

 

Avis :

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure de m’avoir partagé son livre !

Ma lecture reste assez mitigé concernant ce livre. J’ai eu de très bonnes surprises comme de beaucoup moins bonnes .

J’ai adoré suivre le personnage de May, voir comment elle évoluait, comment elle a grandit et s’est construite dans ce milieu qui ne lui a pas du tout été favorable. Beaucoup d’émotions se dégagent de ce personnage, elle est déterminée, veut croire en sa réussite et dans sa possibilité à accomplir de nombreuses choses. Malgré sa fragilité et ses contradictions -dans ses gestes et ses paroles-, ce personnage reste très attachant.

Néanmoins, plusieurs points m’ont dérangé et ont ralenti ma lecture. Tout d’abord l’auteur a un style particulier, cela est des fois très appréciable et donne de très beau effet de style, mais quelque fois ce style d’écriture prend le pas sur le sens du texte. A plusieurs reprises, je me suis demandée pourquoi l’auteur insistait sur un point alors que cela n’aidait pas à l’avancé des événements ou à mieux comprendre ce qui arrivait ; les phrases un peu trop longues qui perdent leurs sens, des descriptions qui ne donnent pas de sens au texte.

Aussi, l’apparition d’extraterrestre m’a laissé assez septique. Malgré le fait que cela fait avancer l’histoire, que certains éléments en rapport à cela soit important pour comprendre les changements dans le caractère de May, j’ai trouvé que cela arrivait trop brutalement.

Même si cela a gêné ma lecture, l’envie de connaître la fin m’a poussé à lire Ad feminam dès que je le pouvais. Certains passages m’ont beaucoup touché notamment le chapitre en vers qui se situe à la fin du livre. Voir le mélange des vers et de la prose a été très intéressant car les émotions ne sont pas ressenties  de la même façon.

 

Je dois donc dire que j’ai été très contente de découvrir ce livre et de le lire même si au final je suis assez mitigée après ma lecture.

 

Vous pouvez lire Ad feminam ICI

 

Avez vous lu ce livre ? Qu’en pensez-vous ?